google8a338887c20a23e2.html

Cultivez des aliments… et non du gazon! (the making of)

par Kevin Perron


Lorsque mon frère, mes ami·e·s et moi avons loué notre première maison, nous étions si heureux et heureuses d’avoir enfin un lot de terre où mettre à exécution toutes les idées folles, mais prometteuses, que nous inspire la permaculture. Les livres lus, les vidéos regardées, les ateliers suivis, et les projets d’autres personnes, ont réellement fait grandir l’inspiration en nous sur le sujet. En déménageant de la ville à la banlieue, nous avons réalisé une intéressante différence entre ces deux milieux de vie. La banlieue a remplacé le béton par le gazon, littéralement. La pelouse couvre tout ce qui n’est pas déjà pavé ou occupé. Entendons-nous pour dire qu’il n’est pas possible de nous nourrir de gazon, et qu'il nous en coûte de le maintenir et de l’arroser, plutôt que de le voir produire quoi que ce soit dont nous puissions profiter. Donc, lorsque nous avons déménagé, nous avons simplement demandé au propriétaire de la maison si nous pouvions avoir quelques poules et faire un jardin. Il a approuvé l’idée avec insouciance. Laissez-moi vous dire qu’il était surpris lorsqu’il a réalisé ce que cela signifiait réellement.


Au commencement était la pelouse!


Afin de vous mettre en contexte, j’ai fait une simple illustration (merci à Google!). Voici un exemple simplifié des premières étapes d’un design permaculture : observer et interagir.

L’image ci-dessus est une analyse simple de la propriété. Les limites de celle-ci sont en rouge et le balcon est en mauve. Les cercles bleus sont les emplacements des gouttières qui dirigent l’eau du toit vers le sol. Les flèches bleues indiquent la direction générale de la pente (oui, nous l’avons mesurée à l’aide d’un niveau à eau fait maison qui nous indique dans quelle direction l’eau coule des gouttières vers l’extérieur, et vers l’extérieur de la propriété. Et, finalement, mais non le moindre, le sud se trouve au bas de l’image. Comme vous pouvez le voir avec les cercles verts, des arbres massifs se situent de chaque côté de la propriété et lui font beaucoup d’ombrage. Avec l’été qui disparaît peu à peu, la maison voisine limite également la quantité de soleil sur le terrain.


La première chose que nous avons fait est de bâtir les fondations pour un monde d’abondance. Voici la liste du matériel nécessaire : des palettes de bois recyclées (défaites en morceaux avec cet ingénieux petit outil nommé un pallet paw), du compost riche et foncé, des boîtes de carton recyclées, des poules avec de l’attitude, et, le plus important, de généreux et magnifiques ami·e·s et membres de la famille. (En passant, tout à l’exception du compost et des poules étaient absolument sans frais!)



Étape 1 : Construire les bacs de jardinage. Commencez par mesurer et marquer avec des pieux dans le sol l’emplacement de chaque chose, sans oublier de laisser de l’espace pour marcher entre vos nouveaux bacs de jardinage. Nous avons fait la plupart des bacs de 12 pieds de longueur, 4 pieds de largeur, et avons laissé des allées de 2 pieds entre chacun d’eux. Nous nous sommes assurés de faire l’allée principale plus large (3 pieds), de la même largeur que celle déjà en place, du balcon à la clôture de la limite de la propriété, et que l’allée centrale du terrain. Il est aussi important de mentionner que lorsque vous recyclez des palettes de bois, vous devez retirer les vieux clous rouillés et vous assurer qu’ils ne tombent pas dans l’herbe. Le jardin doit être sécuritaire pieds nus. Alignez le tout aux pouces près, ainsi vous aurez automatiquement un bel équilibre visuel de style Feng Shui. ;)



Étape 2 : Couvrir le gazon restant avec le carton des boîtes recyclées. Utilisez seulement les boîtes brunes, les plus communes, sans aucune pellicule de cire ou de plastique. Enlevez le ruban adhésif, les agrafes, utilisez seulement du carton. Assurez-vous les cartons se chevauchent afin qu’il y ait aucune herbe qui ne soit visible. Peut-être vous demandez-vous : pourquoi est-ce que je dois faire ça..? La raison est simple, pour enrayer le gazon restant et vous assurer qu’il n’y ait aucune herbe indésirable sous les bacs de jardinage. Également, cela se transformera en festin pour les vers (ils adorent la colle contenant de l’amidon utilisée sur les boîtes) qui sont en fait invités à la fête par cette approche. Les vers sont absolument nécessaires pour faire pousser des plantes en santé.


Étape 3 : Remplir les bacs de jardinage de compost de qualité. Maintenant, vous y êtes! Vous pouvez planter ce que vous voulez dans ces bacs.


Alors… nous avons bâti un total de 17 bacs de jardinage. Les bacs sont construits à niveau et sur les lignes de contours, un peu comme de petites terrasses, destinés à ralentir, emmagasiner et à répartir l’eau et les nutriments de façon égale dans le sol, à minimiser l’irrigation et maximiser le rendement. (Tout comme la deuxième règle du design permaculturel : recueillir et emmagasiner l’énergie.)



À emporter


Une petite étape que nous avons oubliée dans le processus qui aurait grandement amélioré le rendement et les besoins en eau de la première saison : aérer le sol sous les bacs avec une fourche (ample ou régulière). Cela aurait aidé les plants à développer des racines plus profondes. La plupart des banlieues près des Basses-terres du Saint-Laurent ont un sol d’argile très lourd que l’on nomme terre de remplissage, qui est compacté par la machinerie de construction autour de la maison lors de la construction de celle-ci et qui devient aussi dur que de la brique. Conséquemment, les racines des plantes s’arrêteront très probablement au niveau de l’argile si le sol n’est pas d’abord décompacté, rendant impossible l’accès à l’eau et aux nutriments présents plus profondément dans le sol. Bien sûr, avec le temps, les vers et les racines vont créer des pores dans l’argile et la rendront plus perméable, mais prendre le temps d’aérer en premier lieu fait vraiment une énorme différence quant à la durée que prendra le processus.


Maintenant, vous vous demandez peut-être : qu’ont-ils et elles planté dans ce sol?; pourquoi de si nombreux bacs de jardinage?; et qu’a dit le propriétaire du terrain en voyant le tout..? Toutes les réponses à ces questions ici même dans le prochain article!


Crédits photo : Melanie Gagnon

Traduction : Marilyne Chevrier


#jardincomestible #permaculture #courspermatucurelle #développementdecommunauté #bacsdejardinage #growfoodnotland #cultivedesalimentspasdugazon #designpermaculturel #activisme #quiabesoindegazon #travaildubois #jardinpermaculturel #contruiredesbacsdejardinage #bacsdejardinagesurélévés #paillage #réseaudenourrituredesol #bethechange #pourquoipas #jardinage #projetdejardin #montrelexemple #designdejardin #coursnature #biophilia #biophilicdesign #designdécosystème #sol #jardinsurcourbedeniveau #nousaimonslesplantes #plantes #meilleuresidéesdejardinage #français

28 views

© 2019 by BIOPHILIA DESIGN.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now